Vuitton, Eiffel et Majorelle

« Les coulisses d’un malletier mondialement connu »

Deux constantes représentent l’histoire de Louis Vuitton et de ses aïeuls : le bois, qu’il travaille dès sa jeunesse avec son père menuisier et l’emballage dont il apprend le savoir-faire dans l’atelier parisien de Monsieur Maréchal en tant que layetier-emballeur.

Originaire du Jura, Louis Vuitton décide en 1859 d’ installer ses ateliers et sa maison familiale à Asnières, lieu idéal d’ une part pour se faire livrer par péniche les stocks de peupliers qui vont lui permettre de confectionner ses malles et d’autre part proche du chemin de fer pour faciliter leur distribution. Sa famille y vivra jusqu’en 1964. Déjà très en avance pour son temps Louis Vuitton fait appel à Eiffel pour construire ses ateliers. Son fils Georges fera rénover la maison dans un style Art nouveau, le style Majorelle. Dans ces ateliers sont encore réalisés aujourd’hui des commandes spéciales ( environ 350 par an ), alors qu’ il existe une douzaine de manufactures en France pour la production courante. Grâce à leur savoir-faire exceptionnel les artisans ont réalisé des objets uniques, qui font la renommée du groupe, devenu mondial après 160 ans d’existence. Chaque objet est une oeuvre d’ art qui relève de l’ébénisterie, de la maroquinerie et de la serrurerie. C’est du « sur mesure ». Le peuplier, à la fois léger et très résistant sert à la fabrication des malles où peuvent être posés à la main plus d’ un millier de clous sur une même valise . Le musée galerie, créé par Judith Clark, réunit de rares objets exhumés des archives et des collections privées. La richesse de celles-ci reflètent les goûts singuliers de Gaston Louis Vuitton, collectionneur invétéré réunissant des objets uniques de la maison ainsi que des masques tribaux africains. L’histoire du monogramme LV a été inspiré par des carreaux de la faïence de Gien à motif floral. L’excellence de la Maison Vuitton dans ses innovations destinées tant à l’explorateur qu’au voyageur, lui permet de participer à toutes les expositions internationales de 1867 à 1937 et d’étendre sa distribution. Le mot « avant-garde » reflète la maison Vuitton qui est la rupture avec la tradition au profit de l’innovation. Les modèles emblématiques qui firent autrefois le succès de Louis Vuitton sont réinterprétés aujourd’hui sous la forme d’un hommage à son patrimoine afin de faire perdurer l’esprit d’avant-garde dans le monde entier.

Par Elisabeth des Lyons