Places Royales de Paris

La place de la Concorde et la place Vendôme méritent d’être découvertes à travers leurs histoires de places royales.

La première fut aménagée pour le Roi Louis XV. La statue équestre du Roi, située au centre, était entourée par des immeubles dans le style néoclassique. Inaugurée en 1760, elle est l’une des plus importantes constructions du Siècle des Lumières. A la Révolution, elle fut le théâtre des exécutions par guillotine, la statue du roi fut fondue mais les immeubles préservés. En 1830, le roi d’Egypte offrit à la France deux obélisques découverts à Louxor. Un bateau fut spécialement construit pour assurer le transport d’un obélisque (230 tonnes et 23 mètres de haut) sur lequel est gravée la vie de Ramsès II. Le coût du transport fut tellement élevé que la France renonça à amener le second obélisque qui sera rendu à l’Egypte par François Mitterrand. La place dotée de l’obélisque fut inaugurée en 1836. L’architecte allemand, Jacques-Ignace Hittorff, se chargea de la réalisation des fontaines représentant les mers et les fleuves, des statues allégoriques des grandes villes de France et des lampadaires sur des colonnes rostrales représentant des proues de navires portant l’emblème de la ville de Paris. Il recouvrit toute la place de pavés, celle-ci étant auparavant un jardin avec des potagers et des bosquets. Nous nous dirigeons ensuite vers la place Vendôme en empruntant la Rue Royale. Au passage nous admirons la très belle symétrie des colonnades de l’église de la Madeleine et celles du Palais Bourbon. Après un court arrêt chez Ladurée, premier salon de thé parisien et créateur, depuis 1930, du fameux macaron, nous continuons par la rue Saint Honoré où l’imposant dôme de l’église du couvent des Dames de l’Assomption se dévoile à notre regard. A l’intérieur, nous découvrons sa coupole, inspirée du Panthéon à Rome. Elle accueille aujourd’hui la Mission Polonaise.

La Place Vendôme, fut aménagée à la suite à la démolition de l’Hôtel du Duc de Vendôme, fils d’Henri IV et du couvent des Capucines transféré au Nord de la Place. L’architecte Mansart y fit construire des façades identiques. La place forme un carré avec des pans coupés aux angles. La statue de Louis XIV, élevée en son centre, fut détruite à la révolution. En 1806, Napoléon I fait édifier, en fondant les canons autrichiens, une colonne en l’honneur de ses soldats après la victoire d’Austerlitz. A son sommet était érigée une statue de l’Empereur. Au n°12 se trouvait l’ambassade de Russie où habita Chopin et où Napoléon III rencontra la future Impératrice Eugénie. Le N°18 appartient toujours à la maison Chanel. Gabrielle Chanel y lança la mode garçonne et, en 1934, celle de la petite robe noire. De 1941 à 1944, elle séjourna à l’hôtel Ritz, quartier général de l’armée allemande. Au n° 26, Boucheron fut le premier joailler à s’installer sur la place dans l’hôtel où vécut la Comtesse de Castiglione, maîtresse du roi d’Italie, espionne de Napoléon III.

Notre visite se termine par la rue de la Paix en admirant au passage les boiseries des vitrines de Mellerio, joaillier de l’Impératrice.

Aude Hervé