Les Peintures du Nord au musée du Louvre

Les collections flamandes et hollandaises du musée du Louvre bénéficient d’un nouvel écrin couleur "noir de vigne" dans l’aile Richelieu. Un gris foncé rappelant le ciel bas des Flandres très présent dans les tableaux.


Après un an de travaux, les nouveaux accrochages de peinture hollandaise et flamande du XVIIe siècle sur des murs couleur « noir de vigne » mettent en valeur la richesse et la diversité de la collection du Louvre d’origine royale enrichie par la suite par des donations et des acquisitions.

D’un côté, les Pays Bas du Sud, les Flandres, de l’autre, les Pays Bas du Nord, la Hollande qui connaît au XVIIe siècle, un véritable siècle d’or.

En Hollande, la bourgeoisie aisée va commander une peinture intimiste pour décorer ses intérieurs. Pas de portraits de cour mais des scènes de genre ou de la vie quotidienne , des natures mortes, des paysages , des portraits intimes ou des portraits de corporation .La palette des peintres hollandais est subtile , souvent monochrome avec des camaïeux de gris rappelant la Lumière du Nord. Peu de sujets religieux mais dans les paysages, le véritable sujet est bien souvent le ciel qui occupe l’essentiel de la toile. Et les natures mortes évoquent l’idée des plaisirs fragiles et du temps qui passe.

Rembrandt fait figure d’exception. Dans ses œuvres, il mêle le sacré et le profane, représentant des scènes sacrées comme des scènes de la vie quotidienne et prenant comme modèles pour la figure du Christ des voisins de son quartier. La Sainte Famille est ainsi représentée comme une famille de charpentiers. C’est par la Lumière et les effets de clair/obscur que ces scènes sont transcendées et révèlent le Divin. Dans la salle qui lui est consacrée, on admire également plusieurs de ses magnifiques autoportraits (il en a réalisé une centaine) qui reflètent les étapes de sa vie.

D’autres salles recèlent bien d’autres merveilles comme la « peinture fine » de Leyde, ces peintres du « beau fini » autour de G. Dou ou encore les œuvres des peintres qui ont fait le voyage en Italie.

Vingt cinq ans après la réalisation du Grand Louvre, les conservateurs du musée, sous l’impulsion de leur président Jean-Luc Martinez imaginent de nouvelles présentations des collections. Sans cesse en rénovation, le Louvre du XXIe siècle veut surprendre afin de répondre aux attentes d’un public d’amateurs.

Par Dauphine de Schonen