Inventeurs pionniers du progrès

De grands esprits universels : éminents botanistes, mathématiciens, chercheurs, scientifiques, tous ont fait avancé la connaissance et le confort de l’humanité.

Dans le cadre du magnifique panorama qu’offre l’ambassade d’Australie, des inventeurs connus et non connus...

La Côte d’Ivoire, les Etats Unis , l’Ile Maurice, l’Italie, la Lettonie et la France ont présenté l’inventeur de leur pays qui les a le plus marqués.

LAURENT AKE ASSI, mort à Abidjan à 82 ans, compte parmi les grandes figures de la botanique du XXe et XXIe siècle en Afrique de l’Ouest. Parfois surnommé « le génie de la brousse » ou le « génie de la forêt ivoirienne » , en grande partie autodidacte, il a passé sa vie à étudier, inventorier et défendre la flore sauvage, notamment la riche flore des forêts de la Côte d’Ivoire. Doué d’une excellente mémoire, il sert de guide et de traducteur aux botanistes français qui voulaient constituer des herbiers. Il fait un stage en France au Musée National d’Histoire Naturelle de Paris et au laboratoire végétal de la Sorbonne. A la demande du Président Houphouêt-Boigny il revient avec un doctoral en 1961. Il a formé de nombreux étudiants et encadré plusieurs thèses de doctorat en botanique.
Pour lui, un herbier fait partie de l’histoire d’un pays.

JOSEPHINE GARIS COCHRANE, née dans l’Ohio aux États Unis en 1839, est considérée comme l’inventeur du premier lave-vaisselle en 1886. Elle était riche et recevait beaucoup employant du personnel pour faire la vaisselle. Elle rêvait d’une machine qui puisse accomplir cette tâche. Elle en inventa une qu’elle breveta, remportant ainsi un prix à l’exposition universelle de Chicago en 1893. Ce n’est qu’au XXe siècle que le lave-vaisselle se diffuse dans les foyers.

A l’Ile Maurice, pas vraiment d’inventeurs, mais d’éminents français qui ont grandement développé l’île.
Pendant la période française de 1715 à 1860, l’arrivée du Gouverneur MAHE de LA BOURDONNAIS a marqué la période de la suprématie française dans l’océan indien. Il fait construire des fortifications, un port et même des égouts comme à Paris… En quelques années, l’île sauvage devient une colonie rentable.
Plus tard, PIERRE POIVRE, botaniste et membre de plusieurs académies de sciences, récupère nombre d’épices et des dizaines d’espèces végétales. Il favorise la culture d’arbres fruitiers et fut même auteur de lois sur la protection de la nature. C’est à lui que les Mauriciens doivent le célèbre Jardin de Pamplemousses qui abrite des nénuphars géants et plus de 60 variétés de palmiers.

GALILE, l’Italien, condamné à mort en 1633 a été réhabilité en 1992 par le Pape Jean Paul II. Doté d’une chaire de mathématiques à l’université de Pise, il sera un pionnier du Grand Siècle des Sciences -le XVIe siècle- et un précurseur des chercheurs contemporains.

Il a étudié la chute des corps, la gravité, leur vitesse de chute étant indépendante de leur masse. Avec une lunette astronomique, il explore le système solaire et découvre ainsi le relief de la lune, les satellites de Jupiter et les tâches solaires. Par ses expériences, il prolonge brillamment les travaux scientifiques de Copernic. Il publie un ouvrage dans lequel il montre en particulier que la lune n’est pas lisse mais couverte de montagnes et de cratères, suscitant ainsi contre lui des flots de dénonciations de la part des clercs qui y voient la négations des écritures Saintes. On lui reproche ses théories selon lesquelles la terre et les planètes se placent sur les orbites autour du soleil.

MINOX est un fabricant de matériel photographique réputé pour ses appareils miniatures fabriqués dès 1937 en Lettonie. Cette invention a changé le comportement pendant la Seconde Guerre mondiale, car tout l’espionnage l’a utilisé…

LOUIS PASTEUR, chimiste français de formation, sera à l’origine des plus formidables révolutions scientifiques du XIXe siècle dans les domaines de la biologie, la médecine ou encore de l’hygiène. Trois grandes périodes se dessinent dans son œuvre.

En biologie, élu à l’Académie des Sciences, il dépose un procédé de conservation et d’amélioration des vins, de la bière. Il étudie les molécules et travaille sur la fermentation. En effet, pour éviter la fermentation, il faut chauffer jusqu’à 55° et ainsi le produit peut être transporté, il s’agit de la Pasteurisation. Il s’intéresse aussi aux maladies de la bière.

En médecine, chirurgie, microbiologie, hygiène, Pasteur se consacre exclusivement à la recherche sur les maladies contagieuses des animaux et de l’homme. Si les maladies sont dues à des micro-organismes, il faut les identifier et les contrer. Il énonce les conditions idéales de la Stérilisation… Il découvre le vaccin contre la rage chez l’homme, la maladie du charbon chez les moutons, le choléra chez les poules. Il inocule le vaccin contre la rage à l’homme pour la première fois. Un très grand pas pour l’humanité, qui est suivi par le vaccin contre le choléra, le tétanos, la diphtérie, la variole, la coqueluche, la polio…

Pasteur décide alors de fonder un centre spécialement dédié à la vaccination contre la rage qui est également un centre de recherche et d’enseignement. Trois ans plus tard l’Institut Pasteur est inauguré ! Il existe à l’heure actuelle 33 Instituts Pasteur dans le monde (26 pays).

Par Evelyn Cheuvreux