Du Palais-Cardinal au Palais Royal, siège du Conseil d’Etat

Remarquable ensemble architectural d’édifices historiques et institutionnels cernant de vastes jardins, le Palais Royal demeure un haut lieu de l’Histoire de France et de la vie parisienne, habité par l’esprit de la fête et l’esprit des lois.

Ce palais fut d’abord connu sous le nom de « Palais-Cardinal » car c’est le Cardinal de Richelieu qui le fit construire entre 1624 et 1630. Il le lèguera au roi à sa mort en 1642. Le jeune Louis XIV et Philippe d’Orléans, son frère, y vivront pendant dix ans. Donné en apanage à Philippe d’Orléans en 1692, il sera habité par la famille d’Orléans, branche cadette de la famille royale, jusqu’en 1848. En 1781, Louis-Philippe d’Orléans, futur Philippe Egalité, fait réaliser sur le site du Palais-Royal une importante série de travaux immobiliers qui lui donneront sa physionomie actuelle. Le jardin du Palais Royal deviendra le pôle de divertissements et de « galanterie » le plus couru de Paris. Confisqué aux Orléans au moment de la Révolution, incendié pendant l’épisode de la Commune en 1871, réaménagé progressivement, il est alors affecté à différentes hautes institutions de la République : le Conseil Constitutionnel, le ministère de la Culture et le Conseil d’Etat.

Le terme « Conseil d’Etat », un des conseils du Roi, est apparu dès 1578 et ses membres portaient déjà les titres de maîtres des requêtes et de conseillers d’Etat. Egalement héritée de l’Ancien Régime, l’idée que la puissance publique, ou administration, devait être jugée par une juridiction spécifique se concrétisa par l’institution du Conseil d’Etat en 1799 par Napoléon, alors Premier Consul. Ce Conseil d’Etat moderne reçut alors une double mission : participer à la rédaction des textes de lois et résoudre les litiges entre les personnes privées et les pouvoirs publics. L’actuel Conseil d’Etat assume toujours ces deux missions historiques. Conseiller du gouvernement, il examine environ 120 projets de lois par an avant qu’ils ne soient soumis au conseil des Ministres et au Parlement. Cette consultation est obligatoire par le gouvernement. Il est ainsi, de façon séparée, conseiller du Gouvernement pour ses projets législatifs, et juge suprême pour les litiges entre l’administration et les particuliers.

Par Marie Valentine Carré

Galerie photo

Le Palais Cardinal futur Palais Royal Salle du Palais Cardinal avec Richelieu Jardin du Palais Royal Galerie de Montpensier