David Hockney

Comment résumer l’œuvre protéiforme d’un artiste « monumental », tel que David Hockney en quelques lignes ? L’artiste fête ses 80 ans et le Centre Pompidou le célèbre en exposant 170 œuvres, peintures, gravures, photographies, vidéos…

Ce panorama complet commence par des créations datant de sa scolarité dans la petite ville de Bradford.

Il va découvrir ensuite, à Londres, la peinture abstraite d’Alan Davic et, à cette même époque, les œuvres de Francis Bacon et de Picasso. Mais, en 1964, Hockney tourne le dos à une Angleterre qui rejette l’homosexualité et l’artiste décide de s’installer à Los Angeles. Sa palette y prend des couleurs joyeuses, influencée par Matisse. De cette époque datent les fameuses « piscines » peut-être suggérées par Andy Warhol. Que faut-il en penser ? A 10 reprises, Hockney considère que le sujet de ces « piscines » est la transparence. Pour mieux rendre l’aspect liquide de l’eau, il utilise une peinture acrylique, de l’eau et … du liquide vaisselle ! Ces représentations feront de lui le peintre d’une Californie hédoniste et moderne. En 1968, Hockney met en chantier ses grands doubles portraits. Il écrit : « c’est fascinant d’explorer la relation ou l’absence de relation qui réunit deux personnes ». Ce peintre devenu figuratif s’interroge constamment sur la nature des images, sans opposer photographie et peinture. Pour lui, « L’Art est fait de joie ».

Un art qui nous sera donné d’admirer encore puisque l’artiste vient de faire don au Centre Pompidou d’une de ses œuvres majeures !

Nicole Pradon