Bienvenue en France marque à sa manière la Journée internationale des droits des femmes

Un petit-déjeuner au Quai d’Orsay avec Madame Le Drian, une belle occasion de réunir des diplomates étrangers, échanger et illustrer ainsi cette phrase d’Amanda Gourdault-Montagne, notre présidente, ’’la langue doit cesser d’être étrangère pour devenir celle d’autrui’’.

Le 8 mars 2018, Madame Maria Vadillo-Le Drian, épouse du Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Présidente d’honneur de Bienvenue en France a accueilli dans les salons de l’Hôtel du Ministre au Quai d’Orsay une soixantaine de représentantes de pays accrédités en France, ambassadrices, diplomates et épouses de diplomates, afin de partager un petit-déjeuner.

Il s’agissait bien sûr, de marquer la Journée internationale des droits des femmes, mais aussi de mieux faire connaître l’association et les programmes qu’elle propose, de solliciter une plus grande mobilisation des ambassades auprès de leurs membres, de renforcer nos échanges.

Madame Maria Vadillo-Le Drian a souligné le chemin qui restait à parcourir vers l’égalité entre hommes et femmes et notamment vers l’accès des femmes aux responsabilités dans la sphère publique. Elle a rappelé le rôle des femmes dans l’éducation de leurs enfants, pour renforcer la lutte contre la maltraitance et les violences.

Amanda Gourdault-Montagne, épouse du Secrétaire général du Ministère et Présidente de l’association, a salué le rôle important de l’association, depuis sa création en 1979 par Marie-Thérèse François-Poncet, présente parmi nous, ce 8 mars. Amanda a marqué sa volonté d’ouvrir et de consolider l’offre des activités, déjà nombreuses, de Bienvenue en France.

A l’invitation d’Amanda, les animatrices bénévoles des différents ateliers sont intervenues, afin de présenter leurs activités. Présentant les enseignantes de français, elle a estimé que « la langue doit cesser d’être étrangère pour devenir celle d’autrui ».

Cette réunion d’information et d’échanges fut aussi un moment très chaleureux et convivial.

Par Bariah Guepratte